Les Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée

IDENTITÉ, CHARISME ET SPIRITUALITÉ

Les Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée fondées le 11 février 1950 par le Père Marcel Roussel-Galle constituent la Société de vie apostolique Donum Dei dite ˝les Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée˝ de droit diocésain.
La Société de vie apostolique Donum Dei participe, selon sa nature propre, au mystère de l’Église. Comme membres de cet institut féminin appelées ˝les Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée˝ nous vivons dans le respect, l’obéissance et l’attachement au Pape et aux évêques, spécialement celui de Marseille et ceux des diocèses où nous sommes implantées. En toutes nos missions, nous avons à cœur d’agir en communion avec eux et avec toute la communauté chrétienne.
En réponse à l’appel de Jésus, vierges chrétiennes, nous nous donnons à Lui pour toujours, comme épouses, en nous offrant comme sainte Thérèse de Lisieux à l’Amour miséricordieux de Dieu. Nous participons à l’œuvre rédemptrice de Jésus-Christ, très spécialement dans sa rencontre avec la femme samaritaine au puits de Jacob (Jn 4, 1-43).
Notre mission est de faire entendre le cri de Jésus : « Donne-moi à boire », et de conduire les hommes et les femmes de notre temps à la Source d’Eau Vive qui jaillit de son Cœur : « Si tu savais le don de Dieu ».
Nous vivons les conseils évangéliques dans l’esprit d’une famille internationale, à l’exemple de la sainte Famille de Nazareth. Nous réalisons notre vocation par notre travail, par nos divers apostolats et par toute notre vie.
La Vierge Marie est pour nous le modèle parfait d’une vie virginale et sponsale. C’est avec Elle et par Elle que nous accomplissons notre apostolat : conduire les âmes à la Source d’Eau Vive.
« Une Travailleuse Missionnaire de l’Immaculée dont la formation se réalise sous le regard de Marie, (…) n’aura pour réaliser sa vocation d’épouse et de mère qu’à maintenir son regard intérieur tourné vers l’Immaculée. » (MR, DLSM n° 65-66).
Sur les pas de sainte Thérèse de Lisieux, nous avançons dans la Voie d’enfance, voie de confiance et d’amour. Nous progressons sur ce chemin de sainteté en nous appuyant sur l’amour comme motif, l’humilité comme base, en visant à la perfection dans les actions ordinaires, dans l’abandon à la volonté de Dieu.
Nous apprenons à aimer Dieu et à Le faire aimer. Nous invitons tous ceux qui veulent marcher sur la Voie d’enfance, à s’offrir à l’Amour Miséricordieux afin de recevoir dans leur propre cœur « les flots de tendresse infinie qui sont renfermés » dans la Trinité Bienheureuse.
Compte tenu de notre enracinement profond dans la doctrine de sainte Thérèse de Lisieux, nous nous reconnaissons dans la spiritualité Carmélitaine selon la pensée du fondateur.
Nous nous mettons aussi à l’école de saint François de Sales qui « a su remarquablement avec sagesse et douceur enseigner la science des saints à toutes les conditions de fidèles. » (Pie IX, Dives in misericordia Deus, 16 novembre 1877)
Vierges toutes données au Christ et imprégnées de la doctrine de ces deux maîtres spirituels, nous nous engageons au cœur du monde à la manière de sainte Jeanne d’Arc.